Message d'avertissement

Vous devez connecter ou enregister pour participer.

Aspect financier et autres incitatifs pour les entreprises

Les participants ont ressenti le besoin d’un changement de culture à grande échelle en matière d’accessibilité. Ils ont également discuté de ce qui rendrait un modèle d'homologation particulièrement intéressant pour les entreprises. Puisque les participants s’entendaient pour dire que l’accessibilité comporte un aspect financier, les groupes de travail de la phase 2 pourraient considérer les divers défis auxquels les petites entreprises et les grandes organisations font face en matière d’accessibilité et comment communiquer la valeur de l'accès universel à chacun de ces groupes.

Principaux points de discussion

Surmonter les obstacles liés aux comportements et au manque de sensibilisation

  • Les attitudes et le manque de sensibilisation constituent les principaux obstacles à l’accessibilité. Surmonter ces obstacles et favoriser un changement de culture constituent les principales forces de l'approche de l'homologation.
  • Grand nombre d’entreprises désirent être accessibles, mais elles ne savent pas ce que cela signifie ou comment procéder pour y arriver.
    • Le modèle pourrait servir de guide quant à la manière d’intégrer l’accessibilité à la planification stratégique, et comporter un mécanisme de reconnaissance à l’égard des organisations qui le font bien.
  • Le fait de mettre l’accent sur les technologies de productivité et les technologies habilitantes pourrait avoir pour effet de relier l’accessibilité à d’autres défis que doivent relever les entreprises en matière d’attitudes ou d’obstacles systémiques, comme l’adaptation à une économie numérique ou des structures de gestion davantage axées sur la collaboration.
  • Sensibiliser davantage les employés à l’accessibilité et aux besoins des personnes atteintes d’invalidités au sein de la communauté peut souvent avoir des incidences aussi grandes que les accommodements structuraux.
    • Les personnes aux prises avec des déficiences intellectuelles finissent souvent par faire affaire avec des employés qui s'adressent à leur personne de soutien plutôt qu'à elles directement.
    • Souvent, les employés ne sont pas conscients des invalidités invisibles ou non dévoilées.
    • Les participants ont mentionné qu’ils ont eu de bonnes expériences dans d’autres juridictions (comme Vancouver, Québec), où les employés s’efforçaient de faire vivre une expérience accueillante et inclusive à chacun des clients.

Communiquer le fait que l’accessibilité peut être rentable

  • Il faut faire clairement comprendre aux entreprises que leur investissement en matière d’accessibilité sera rentable.
    • Les messages relatifs à un modèle d’homologation répondraient à deux grandes questions que posent les entreprises? « Pourquoi devrais-je faire ça? » et « Qu’est-ce que ça va me donner? »
  • Une étude de marché permet d’affirmer que l'accessibilité a des répercussions positives sur le chiffre d’affaires à long terme.
    • L’accessibilité pourrait être intégrée à la stratégie de croissance d’une entreprise – depuis les politiques de gestion jusqu’aux outils donnant lieu à une productivité accrue.
    • Si la compétitivité du marché était déterminée en fonction du degré d’accessibilité d’une organisation (si la société avait des attentes élevées), les entreprises seraient plus susceptibles de l’adopter. 
  • Le modèle d’homologation devrait tenir compte du manque de capacité des petites entreprises ainsi que des mandats conflictuels et de la lassitude de la réglementation.
    • Plusieurs participants ont suggéré une approche selon laquelle il faut se demander de quoi ont besoin les clients de chacune des entreprises. 
  • La conception universelle pourrait servir de fondement à la rentabilisation. À cette fin, il faudrait promouvoir l’idée que l’accessibilité est une bonne affaire pour tous. 
    • Si les entreprises considèrent l’accès universel comme plus qu’un ajout, et comme un avantage dont bénéficient tous les consommateurs et les employés, cela pourrait susciter de l’intérêt au-delà de la conformité.

Commercialiser l’accessibilité

  • Les messages pourraient être davantage axés sur l'expérience du client que sur le service à la clientèle. Les entreprises sont plus susceptibles de voir la valeur de l’accessibilité si elle est directement rattachée aux besoins de leurs clients. 
    • Donner une dimension humaine à l’accessibilité par le biais d’histoires et de vignettes aiderait les entreprises à faire le lien entre l’accessibilité et leur clientèle.
  • Les entreprises sont susceptibles d’être motivées à plaire au vaste secteur démographique composé des personnes âgées, car il s’agit là d’une clientèle inexploitée.
  • L’emploi de termes et d'outils connus des entreprises (comme les profits, le raisonnement, l'efficacité organisationnelle; une étoile ou un système d’évaluation) pourrait promouvoir l'acceptation.
  • Le fait de mettre l'accent sur les champions de l'accessibilité et sur les histoires de réussite pourrait entraîner une saine concurrence et la collaboration entre les entreprises.  

Donner une image de marque à l’accessibilité

  • La commercialisation de la marque de l’accessibilité pourrait avoir deux utilités : positionner l’accès comme un avantage concurrentiel et signaler l’accessibilité aux clients.
    • La fierté liée à l’affichage de la « marque » de l’accessibilité lui conférerait du pouvoir.
  • L’établissement de la marque aurait pour effet de rehausser la sensibilisation et de faire en sorte que l’accessibilité devienne monnaie courante grâce à l'utilisation de logos, de cotes publiées, de publicité, de reportages dans les médias et de médias sociaux (comme dans le cas de LEED, du Better Business Bureau et de la B Corporation).
    • Les logos, les cotes et les reportages dans les médias seraient simples et reconnaissables par les personnes aux prises avec une vaste gamme d'invalidités physiques et intellectuelles.

« Tous ces programmes d’homologation et de formation différents… et tous ces éléments différents… en tant que personne qui a des ressources restreintes, mais qui est consciente de l’importance de l’accessibilité, j’aimerais bien que quelqu’un m’indique la marche à suivre pour que je devienne excellent. »

Bien que dans l’ensemble, les participants s’entendent pour dire que les points ci-dessus sont des considérations de base, les groupes de travail de la phase 2 pourraient aussi discuter des points suivants et atteindre un consensus. Pour les participants, la principale question se résumait ainsi : comment pouvons-nous motiver le changement?

Autres points de discussion

  • Est-ce qu’un modèle d’homologation peut avoir pour effet d’augmenter la rentabilité des entreprises en rehaussant l’accessibilité et en améliorant les services offerts aux personnes atteintes d’invalidités? 
  • Qu’est-ce qui est plus susceptible d’inciter les entreprises à opter pour l’accessibilité? Des subventions? Des conséquences réglementaires? De la reconnaissance et des récompenses? Une analyse de rentabilisation solide? Une plus grande sensibilisation?
  • Est-ce qu’un système d’incitatifs augmenterait l’accessibilité ou prêcherait aux convertis?
  • Est-ce qu’une approche graduelle est plus susceptible d’intéresser les entreprises? Est-ce que les entreprises pourraient viser plus haut dès le début? Est-ce que des objectifs plus exigeants dissuaderaient les entreprises d’en faire plus que le strict minimum?